Affichage de 1 Résultat(s)
Fantasy Roman Young adult

Le souffle de Midas

Salut les pépites d’or ! (Oh que c’est beau !)

Aujourd’hui, j’écris à propos du roman d’Alison Germain, Le Souffle de Midas, premier tome d’une saga en cours d’écriture, que j’ai lu en lecture commune avec Débora (alias Didilovebooks). Je me suis intéressée à ce roman parce que j’ai une attirance pour les mythes et légendes antiques et j’aime beaucoup l’idée d’associer antiquité et époque actuelle. Le pitch à l’allure prometteuse a attisé ma curiosité. Pourtant, malgré quelques éléments intéressants, la lecture de ce premier tome des Chroniques Homérides m’a un peu déçue. Je vous explique pourquoi.

Infos pratiques

Auteure : Alison Germain
Parution française : 2017
Éditions : Chat noir
Pages : 269

Quatrième de couverture

Entre tes mains, fille d’Homère, brûle encore le pouvoir des Dieux.
Le jour où une inconnue rend son dernier souffle dans mes bras, je sais que ma vie paisible d’étudiante ne sera plus jamais la même. Au lendemain du drame dont j’ai été le seul témoin, aucune trace du crime n’a été retrouvée, tant et si bien que tout le monde me pense folle, moi la première. Seul un homme me croit, Angus Fitzgerald, détective à la recherche d’une personne qui ressemble trait pour trait à la femme morte sous mes yeux.
Alors que ce mystère reste sans réponse, les objets que je touche se transforment en or. Et quand le bel Angus me narre le mythe antique de Midas, ce roi grec qui changeait tout en or, je comprends qu’il en sait bien plus sur ce qui m’arrive. Et aussi sur les dangers qui me menacent. Pour moi, le plus imminent est juste là, dans mes mains. Parce que si pour le détective, je suis bénie des Dieux, je ne vois en ce pouvoir qu’une malédiction…

Source du résumé : Livraddict


Petite anecdote avant de partager mon avis sur le roman : j’avais commencé à le lire l’année dernière, à peu près à la même époque mais j’entrais dans mon premier trimestre de grossesse et j’avais la nausée dès que je sortais ma liseuse (allez savoir pourquoi ^^). Du coup, je l’ai mis de côté, histoire de ne pas me gâcher la lecture, mais j’ai eu du mal à m’y remettre. J’ai donc été ravie quand Débora m’a suggéré ce titre pour notre lecture commune.

(suite…)