Affichage de 18 Résultat(s)
Roman Science-fiction Young adult

Le Gang des Prodiges, tome 2

Salut les Prodiges !

Pour ceux que suivent mon actu blog depuis le début, peut-être vous souvenez-vous de ma chronique à propos du premier tome du Gang des Prodiges, de Marissa Meyer, (instant nostalgie : c’était ma première chronique !). Après un an d’attente, j’ai mis la main sur le tome 2 : Ennemis jurés, et je l’ai dévoré tout cru !

Cette couverture 😍

Infos pratiques

Auteure : Marissa Meyer
Parution française : 2019
Éditions : PKJ
Pages : 540

Intrigue

Si vous n’avez pas lu le premier tome ou que vous ne connaissez pas encore l’intrigue, je vous conseille de lire d’abord ma chronique sur le premier tome, en espérant qu’elle vous donne envie de vous lancer dans la lecture de cette série que je trouve très addictive.

(TOME 1) Il y a plus de dix ans, les Renégats, un groupe d’hommes et de femmes détenteurs de pouvoirs surhumains, ont vaincu les super-vilains. Ils font désormais régner la paix et la justice. Mais les super-vilains n’ont pas disparu…
Parmi eux, Nova, qui a dédié sa vie à la lutte contre les Renégats, responsables de la mort de sa famille.
Prête à tout, elle se fait passer pour l’un des Renégats et infiltre leur repaire afin de les espionner. Mais lorsqu’elle se lie d’amitié avec le fils adoptif des deux principaux Renégats, ses certitudes vacillent…

(TOME 2) La double vie de Nova est intenable. En tant que Renégate, elle travaille avec Adrian au maintien de l’ordre dans la ville. En tant qu’Anarchiste, son rêve est de détruire les Renégats. Si elle est démasquée, elle risque gros : perdre Adrian et faire souffrir la ville tout entière…

Source : Livraddict

Mon avis

J’étais très impatiente de retrouver Nova et ses amis/ennemis. En lisant ce second tome, j’ai été ravie de me replonger dans l’univers créé par Marissa Meyer. Un univers peuplé de super héros où l’on se rend compte que les notions de bien et de mal sont subjectives. Dans le fond, super héros ou super vilain : tout dépend du point de vue, et l’un des points forts de ce texte, c’est que justement, le lecteur a accès à ces différents points de vue.

(suite…)
Fantasy Roman Young adult

Le souffle de Midas

Salut les pépites d’or ! (Oh que c’est beau !)

Aujourd’hui, j’écris à propos du roman d’Alison Germain, Le Souffle de Midas, premier tome d’une saga en cours d’écriture, que j’ai lu en lecture commune avec Débora (alias Didilovebooks). Je me suis intéressée à ce roman parce que j’ai une attirance pour les mythes et légendes antiques et j’aime beaucoup l’idée d’associer antiquité et époque actuelle. Le pitch à l’allure prometteuse a attisé ma curiosité. Pourtant, malgré quelques éléments intéressants, la lecture de ce premier tome des Chroniques Homérides m’a un peu déçue. Je vous explique pourquoi.

Infos pratiques

Auteure : Alison Germain
Parution française : 2017
Éditions : Chat noir
Pages : 269

Quatrième de couverture

Entre tes mains, fille d’Homère, brûle encore le pouvoir des Dieux.
Le jour où une inconnue rend son dernier souffle dans mes bras, je sais que ma vie paisible d’étudiante ne sera plus jamais la même. Au lendemain du drame dont j’ai été le seul témoin, aucune trace du crime n’a été retrouvée, tant et si bien que tout le monde me pense folle, moi la première. Seul un homme me croit, Angus Fitzgerald, détective à la recherche d’une personne qui ressemble trait pour trait à la femme morte sous mes yeux.
Alors que ce mystère reste sans réponse, les objets que je touche se transforment en or. Et quand le bel Angus me narre le mythe antique de Midas, ce roi grec qui changeait tout en or, je comprends qu’il en sait bien plus sur ce qui m’arrive. Et aussi sur les dangers qui me menacent. Pour moi, le plus imminent est juste là, dans mes mains. Parce que si pour le détective, je suis bénie des Dieux, je ne vois en ce pouvoir qu’une malédiction…

Source du résumé : Livraddict


Petite anecdote avant de partager mon avis sur le roman : j’avais commencé à le lire l’année dernière, à peu près à la même époque mais j’entrais dans mon premier trimestre de grossesse et j’avais la nausée dès que je sortais ma liseuse (allez savoir pourquoi ^^). Du coup, je l’ai mis de côté, histoire de ne pas me gâcher la lecture, mais j’ai eu du mal à m’y remettre. J’ai donc été ravie quand Débora m’a suggéré ce titre pour notre lecture commune.

(suite…)
Adulte Humour Roman

La Malédiction

Hey ! Salut ! Comment ça va vous ?

Hier, je vous parlais de l’application Readiktion et bien aujourd’hui, il est temps de vous présenter le premier texte que j’ai lu avec cette appli : La Malédiction, écrit par Ange Beuque. Un grand merci à Ange de m’avoir fait découvrir sa Malédiction, (dit comme ça, c’est un peu étrange XD), parce que j’ai eu un coup de cœur pour ce texte. Ouais, carrément ! Et je vous explique tout de suite pour quelles raisons.

Infos pratiques

Auteur : Ange Beuque 
Parution française : 2019
Éditions : Readiktion
Pages : histoire à choix multiples
56 épisodes au total

Situation initiale

Je vous résume seulement la situation initiale, car dès le début, il faut faire des choix et votre lecture sera sûrement différente de la mienne. C’est tout l’intérêt de l’expérience (*excited* 🤩 ).

Bon, l’heure est grave : la littérature est en danger. Une malédiction s’abat sur les héros de fiction. Sans crier gare, les protagonistes décèdent, brutalement, avant la fin de l’histoire. Un héros à la retraite est missionné pour vaincre cette terrible malédiction. Il a obtenu le statut d’Errant, ce qui lui permet de voyager d’œuvre en œuvre afin de collecter les éléments nécessaires pour mener à bien sa mission. Mais attention, en tant que héros de cette histoire, il ne sera pas épargné par la malédiction. À vous de l’aider à faire les bons choix pour ressortir victorieux de cette aventure… ou pas.

Mon avis

J’ai tout simplement A-DO-RÉ ! J’ai même CA-RRÉ-MENT KI-FFÉ ! (Permettez-moi à présent de reprendre une écriture normale pour plus de li-si-bi-li-té).

Je pense que j’aurais des millions de choses à dire sur ce texte, qui est, je trouve, d’une grande richesse. Alors, pour éviter de vous perdre avant la fin de cette chronique, je me concentrerai sur les principaux éléments qui m’ont plu dans cette lecture.

Pour commencer, le principe de base est déjà chouette, puisqu’il s’agit d’une histoire à choix multiples : le lecteur a le choix entre 2 options minimum à chaque fin de chapitre. Pour moi qui peine à me décider, c’était un peu frustrant par moment, mais aussi très amusant.

(suite…)
Ado Contemporain Roman

On habitera la forêt

Salut les limaces ! (Pourquoi “limaces” ? Allez donc voir l’extrait en bas de la page, vous verrez que c’est tout à fait affectueux, je vous assure <3 LOVE <3 ). Aujourd’hui, on part faire une petite balade en forêt et on grimpe aux arbres, ça vous dit ?

Infos pratiques

Auteure : Esmé Planchon
Parution française : 2019
Editions : Casterman
Pages : 218

Quatrième de couverture

Quand on est une jeune fille solitaire (Joyce), pas très heureuse au lycée (un nid d’individus pénibles et arrogants), et à la mère encombrante (comédienne), on s’enfuit dès que possible chez sa mamie adorée pendant les vacances scolaires. Là, on peut rencontrer une dame qui fait la grève de son ancienne vie perchée tout en haut d’un grand et vieux chêne, par exemple. On peut aussi monter s’asseoir à côté d’elle et parler de l’existence… jusqu’à ce que quelqu’un de très idiot décide de raser la forêt.

Mon avis

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman très charmant. L’atmosphère paisible de la forêt est bien mise en place, j’ai eu l’impression de me promener aux côtés de Joyce et ça m’a fait du bien de passer un moment déconnectée, perchée dans les arbres avec elle. Je pense que c’est en partie grâce à la focalisation interne : on a accès aux pensées de la jeune fille à travers de nombreux passages. Il y a aussi quelques dialogues bien sûr, mais le texte est surtout centré sur le ressenti du personnage, plus que sur l’action.

Joyce est d’ailleurs un personnage que j’ai particulièrement apprécié pour son imagination débordante. La moindre observation la fait partir dans des délires amusants. En fait, c’est une fille qui réfléchit beaucoup et qui s’interroge sur à peu près tout. Pour cette raison, je me suis sentie proche d’elle. De manière générale, j’ai aimé les personnages et les liens qui se construisent entre eux. Ils ont tous un petit quelque chose qui les rend singuliers et intéressants.

Les citations de poèmes de Rimbaud que Joyce récite régulièrement apportent encore un peu plus d’harmonie au texte et à l’ambiance.

Par contre, l’intrigue est assez simple, il y a peu de rebondissements. À mon avis, il s’agit plutôt d’un roman feel good pour ado, alors il ne faut pas s’attendre à un suspense de ouf. La façon de parler de Joyce ainsi que certains éléments du texte ont un côté un peu naïf parfois et pour l’instant, je n’arrive pas à me décider si ça m’a dérangée ou reposée.

On habitera la forêt fait partie pour moi de ces romans que l’on aime lire pour se détendre et s’évader, pour prendre un peu de repos dans ses lectures.

En résumé

💙 La balade dans la forêt
💙 Les personnages singuliers et intéressants
💙 Joyce, son imagination débordante et ses questionnements
💙 /❌ Une intrigue simple et plutôt prévisible

Extrait

Et au moins, ce qu’il y a de bien à la campagne, c’est que je suis à peu près sûre qu’aucune limace ne va critiquer comment je suis habillée. Je réalise que, sérieusement, je préfère les limaces à mes camarades de classe. Il est même hautement probable que je serais plus heureuse dans une classe de limaces. Oh là là, les limaces doivent avoir des écoles en feuilles mortes tellement merveilleuses et tellement adorables ! Qu’est-ce qu’elles peuvent bien apprendre ?
Je me penche sur le sol pour imaginer les cours de sport. Je fais la voix de la prof :
– Non, non Annabelle ! Tu vas encore trop vite ! Prends exemple sur Daphné.
Puis je fais la voix d’Annabelle, exaspérée :
– Mais madame, Daphné, elle dort !
Et à nouveau la voix de la prof de sport :
– Plus molle ! Moins d’efforts ! Allez allez, plus lentement que ça !
– Mais je ne bouge même pas.
– Oui, c’est vrai, tu ne bouges pas. Mais tu arrives à ne pas bouger d’une manière beaucoup trop énergique !

Adulte Roman Science-fiction

Outsphère

Salut les gens ! Pour commencer, bonnes vacances à ceux qui y sont et bon courage aux autres. À ce propos, dans quel camp êtes-vous ? ^_^ Au fait, il est encore temps de participer au concours Instagram pour les 1 an du blog, si ce n’est déjà fait.

Aujourd’hui, je vous présente Outsphere, un roman de Guy-Roger Duvert. Merci à Anaïs Boisnard de m’avoir contactée et permis de découvrir ce roman, premier tome d’une saga de science-fiction adulte.

Infos pratiques

Auteur : Guy-Roger Duvert
Parution française : février 2019
Editions : autoédition
Pages : 312 pages

Situation initiale

Dans le futur, alors que la Terre est à l’agonie et que l’humanité est sur le point de disparaître, un “échantillon” d’individus embarque à bord d’un vaisseau spatial, l’Arche, pour conquérir une exoplanète potentiellement habitable. Le voyage dure 80 ans. Une fois arrivés à destination, ces humains survivants émergent de leur caisson de cryogénisation et partent à la conquête de cette nouvelle planète qu’ils baptisent Eden.

Parmi les colons, des militaires sont chargés de protéger la population de civils qui a embarqué à bord du vaisseau spatial, tandis que des scientifiques s’assurent que la planète est viable et étudient ce nouvel environnement. 

Alors qu’ils doivent faire face à plusieurs menaces : atmosphère hostile, présence sur place d’une espèce humanoïde primitive, tensions entre militaires, civils et scientifiques… une nouvelle menace vient s’ajouter à cette liste : un vaisseau spatial se pose sur Eden. À son bord, des Terriens partis 60 ans après les premiers colons. Ils sont plus avancés en matière de technologie et possèdent des capacités spéciales. Par ailleurs, dans leur société, l’individu n’existe plus, la collectivité prime. Tout ce petit monde est-il vraiment capable de cohabiter pour permettre à l’humanité de prendre un nouveau départ ?

Mon avis

Pour commencer, j’ai bien aimé l’ambiance science-fiction : vaisseaux spatiaux, caissons de cryogénisation, exoplanète, tout ça tout ça. Je ne lis pas souvent de science-fiction finalement, alors je n’ai pas beaucoup de points de comparaison, mais l’ambiance générale m’a plu. Elle m’a un peu fait penser à certains épisodes du S.H.I.E.L.D, quand Gemma est envoyée malgré elle sur une autre planète.

Dans le document de présentation que j’ai reçu, il est mentionné que Outsphere a d’abord été pensé comme une série et je trouve que ça se ressent à la lecture, notamment parce que l’action prédomine dans ce roman. En plus, comme c’est souvent le cas dans les séries d’action que j’ai suivies, le narrateur se focalise tour à tour sur différents groupes de personnages : les militaires dont la principale mission est de protéger les terriens, les scientifiques avides de nouvelles découvertes et les civils désireux de prendre leur indépendance et de conquérir cette nouvelle planète, peu importe les risques encourus. Cette alternance des points de vue apporte du dynamisme au texte.

L’intrigue principale aussi m’a plu : des humains qui tentent de sauver ce qui reste de l’humanité en allant s’installer sur une autre planète ; les tensions qui s’installent entre les différents groupes ; la difficulté à cohabiter.

Par contre, j’ai trouvé que les personnages n’étaient pas assez différenciés à mon goût. Beaucoup ont des noms qui commencent par la même lettre (Bowman, Baya, Banaké, Barnes) et ils sont tantôt appelés par leur prénom tantôt par leur nom de famille, du coup, j’ai eu beaucoup de mal à m’y retrouver. Certains personnages portent même des matricules en guise de nom (M1500 par exemple). Je comprends l’idée : ces personnages-là sont présentés comme étant des clones… mais pour les autres… Bref, je n’ai pas réussi à vraiment m’attacher aux personnages.

Un autre point qui m’a dérangée, dans la forme cette fois : les répétitions dans une même phrase. Un détail me direz-vous, mais c’est assez fréquent pour déranger ma lecture.

Pour finir, certains éléments du texte me laissent perplexe : quelques intrigues sont restées en suspend et certains éléments sont un peu trop semblables à ce qu’on trouve sur notre Terre (quelques-unes des pratiques des êtres primitifs notamment), mais comme il s’agit d’un premier tome, j’attends la suite pour voir ce qu’il en est et pour me faire un avis plus précis sur la question.

En résumé

💙 L’ambiance science-fiction
💙 L’intrigue principale : la colonisation d’une autre planète, les difficultés des Hommes à cohabiter entre eux, les tensions entre les groupes
💙 Certains éléments mis en place me donnent envie de lire la suite
❌ Difficulté à différencier les personnages et à m’attacher à eux
❌ Les répétions dans la syntaxe