Adulte Infiltration Roman Romance

Daphné Walls, The Agency

Hello les agents infiltrés,

Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit d’article de blog et pour cause, je suis passée par une phase « panne de lecture » puis j’ai été très occupée par le lancement de ma boutique en ligne. Bref, je vous retrouve aujourd’hui pour vous présenter ma dernière lecture : Daphné Walls, The Agency, de Cassandra Chapel.

Il y a quelques mois, Cassandra m’a contactée pour me faire découvrir son roman, sorti en juin 2020. Elle me l’a présenté comme étant un roman entre espionnage et romance et j’ai été curieuse de découvrir cette histoire mêlant deux genres que je lis (très) peu.

Infos pratiques

Auteure : Cassandra Chapel
Parution française : 2 juin 2020
Éditions : Autoédition
Pages : 341

Quatrième de couverture

Une jeune recrue d’une agence d’espionnage, un coéquipier sexy, une organisation terroriste et la société au bord de l’effondrement : on connaît tous le scénario. C’est pourtant la tournure que prend aujourd’hui la vie de Daphné Walls, qui devra laisser sa petite vie tranquille derrière elle, surmonter ses craintes pour mener à bien sa mission. Qui a dit qu’une femme armée ne pouvait pas sauver le monde ?

Source : livraddict.com

Mon avis

Avant toute chose, je remercie une nouvelle fois Cassandra Chapel de m’avoir proposé de découvrir son récit.

Je précise que globalement, je ne suis pas très attirée par les romans du genre « romance ». J’aime les histoires d’amour, mais je préfère quand elles viennent compléter un récit de fantasy ou une dystopie, plutôt que quand elles sont le point central de l’histoire.

Ici, la relation entre les deux personnages principaux tient une place importante dans le récit, en particulier dans toute la première partie du roman. Daphné est une jeune femme peu sûre d’elle, qui tombe amoureuse du mystérieux, lunatique et très convoité agent Clark Clayton. Au départ contraints de travailler ensemble sur une mission spéciale, alors qu’ils ne se supportent pas l’un l’autre, ils vont finir par se rendre compte qu’ils ne forment pas une si mauvaise équipe finalement (et pas seulement sur le plan professionnel, si vous voyez ce que je veux dire 😅).

Malheureusement, je ne me suis pas vraiment attachée aux deux personnages principaux, que j’ai parfois eu du mal à cerner (en particulier Clayton). Du coup, je n’ai pas tellement accroché à leur relation non plus, relation qui m’a semblé changer de nature un peu trop abruptement.

(suite…)
Album Contemporain Jeunesse

Apolline et la vallée de l’espoir

Salut les tournesols ! I’m on Holliday, oh yeh ! Par contre la connexion n’est pas optimale. (Loin de là 😅, ça beug très régulièrement et j’espère réussir à poster cet article avant de devenir zinzin à force de recommencer, ahah).

Ça faisait un moment que je n’avais pas écrit d’article de blog. En ce moment, j’ai comme qui dirait une panne de lecture. J’ai du mal à me poser pour lire et à me concentrer quand je me décide enfin à ouvrir un bouquin. J’espère que ces quelques jours de vacances m’aideront à améliorer la situation.

En attendant, je suis ravie de vous retrouver pour vous présenter un album jeunesse qui m’a été envoyé par les éditions Grasset jeunesse (que je remercie grandement) : Apolline et la vallée de l’espoir, de Heng Swee Lim.

Infos pratiques

Auteur / illustrateur : Heng Swee Lim
Parution française : 26 août 2020
Éditions : Grasset Jeunesse
Pages : 48

Quatrième de couverture

Apolline, la petite fille qui raffolait des tournesols, vivait au beau milieux d’une vallée magnifique. Mais un jour un immense nuage noir vint assombrir la vallée…

Mon avis

Cet album est adorable. Il aborde avec douceur la tristesse, le désespoir, la manière d’apprivoiser ses émotions et finalement l’espoir. Ce sont des thèmes qui me touchent particulièrement et j’ai aimé la façon dont l’auteur les met en scène.

J’ai également apprécié la façon dont est dessinée la petite Apolline qui tente de rapporter la joie dans sa vallée (les traits de ce personnage me font penser à ceux de mimi cracra, dessin animé que je regardais enfant alors forcément, je craque d’autant plus pour le personnage).

La plupart des illustrations sont en noir et blanc, seules quelques touches de jaune (ou de vert) éclairent les pages, par-ci part-là. Les dessins sont minimalistes, mais les quelques traits de l’artiste suffisent à faire passer les émotions.

L’album se lit rapidement, alors je préfère ne pas tout vous dévoiler dans cet article. Par contre, je voudrais ajouter que les illustrations sont imprimées sur du papier mat très agréable au toucher (je pense que les heures passées ces derniers mois à choisir le papier sur lequel imprimer mes affiches m’ont rendue d’autant plus sensible à ce genre de détails 😅). Bref, encore un album de qualité publié par la maison d’édition.

Dernière petite précision avant de vous quitter : à la fin de l’album, l’auteur rend hommage aux habitants de la Vallée de l’Espoir, un camps de quarantaine pour les malades de la lèpre. Pour en savoir plus, je vous invite à lire la dernière page de l’album.

Sur ce, passez une très bonne journée et à bientôt. Moi, je retourne à mon transat’ (c’est pas vrai, je n’ai pas de transat’, mais je voulais finir sur une phrase en mode « ambiance vacances » 😅).

Aller, ciao, bisou bisou ☀️

Fantasy New Roman Young adult

La Passe-miroir, tome 3 : La Mémoire de Babel

Salut les fromages ! (Babel… babybel…fromage… Bref, passons…)

Aujourd’hui, parlons du tome 3 de La Passe-miroir : La Mémoire de Babel, de Christelle Dabos. Si, ce n’est déjà fait, je vous invite à aller lire mes chroniques précédentes à propos du premier tome (Les Fiancés de l’hiver) et du deuxième tome (Les Disparus du Clairdelune). Et maintenant, passons sans plus attendre à la présentation de ce troisième tome des aventures d’Ophélie.

Infos pratiques

Auteure : Christelle Dabos
Parution française : 2017
Éditions : Gallimard
Pages : 496

Quatrième de couverture

Thorn a disparu depuis deux ans et demi et Ophélie désespère. Les indices trouvés dans le livre de Farouk et les informations livrées par Dieu mènent toutes à l’arche de Babel, dépositaire des archives mémorielles du monde. Ophélie décide de s’y rendre sous une fausse identité.

Mon avis

Je crois bien que ce troisième tome est celui que je préfère jusqu’à présent. L’atmosphère universitaire et érudite (mais aussi impitoyable) m’a intéressée et j’ai trouvé les péripéties plus captivantes que dans le tome précédent. Il y a toujours de l’originalité dans l’univers détaillé par l’auteure. Par contre, certaines révélations ne m’ont pas tellement surprise (c’était aussi le cas dans le tome 2). En fait, je crois que je préfère quand l’auteur(e) m’emmène sur de fausses pistes (mais que le tout reste cohérent évidemment) et parvient à me surprendre. Là, ça n’a pas été le cas.

(suite…)
Adulte Nouvelle Policier

Les Leurres de l'Éphémère

Salut les gens, aujourd’hui je vous parle du livre d’Ange Beuque, Les Leurres de l’Éphémère, une nouvelle policière qui a reçu le prix Zadig 2019. (Je ne connaissais pas ce prix, mais c’est classe ^^’.)

Infos pratiques

Auteur : Ange Beuque
Parution française : 2019
Éditions : Ex Aequo
Pages : 28 pages

Quatrième de couverture

L’émotion est vive lorsqu’on retrouve un collégien pendu à la grille de son établissement. L’enquête s’annonce d’autant plus délicate qu’il faudra composer avec une technologie réfractaire, des indices programmés pour disparaître et un univers adolescent propice aux secrets, à l’omerta et aux cruautés dissimulées. Et qu’en est-il de ce mystérieux challenge qui fait fureur sur les réseaux, et dont l’initiateur semble s’être volatilisé ?

Mon avis

Si le nom de l’auteur vous dit quelque chose, c’est peut-être parce que vous l’avez lu sur le blog. Ange Beuque est l’auteur de La Malédiction (entre autres), un roman à choix multiples, publié par la maison d’édition Readiktion. J’avais adoré La Malédiction (je vous invite d’ailleurs à lire ou relire ma chronique à son sujet en cliquant 👉 ici 😉) et j’avais envie de découvrir un autre texte de l’auteur. PS: merci à lui pour l’envoi de sa nouvelle et pour sa confiance.

Pour être honnête avec vous, j’ai lu cette nouvelle parce que c’est Ange Beuque qui l’a écrite, car je lis très peu de policier et je pressentais que cette histoire me ferait froid dans le dos, à cause des sujets abordés. Je ne me suis pas trompée, puisque je suis encore toute chamboulée après cette lecture.

(suite…)
BD Fantasy Humour Tout public

Pepper et Carrot

Salut les sorcières et sorciers !

Aujourd’hui, je vous présente une série BD que j’adore : Pepper et Carrot de David Revoy. Et je précise ceci : pour ceux qui ne peuvent pas sortir de chez eux (c’est le cas pour beaucoup d’entre nous en ce moment 😕) et qui sont en quête de divertissements, cette chronique en particulier pourrait vous intéresser 😁, je vous laisse découvrir pourquoi.

INfos pratiques

Auteur : David Revoy
Parution française : depuis 2016 pour les éditions Glénat
Éditions : c’est un peu particulier, je vous en parle dans l’article. Mon exemplaire est publié par les éditions Glénat.

  • Tome 1 : Potions d’envol (août 2016)
  • Tome 2 : Les sorcières de Chaosah (avril 2017)
  • Tome 3 : L’effet papillon (aout 2019)

Quatrième de couverture

Pepper est une apprentie sorcière. Carrot est un chat. Ils ont une spécialité : rater les potions magiques !
Une série d’histoires courtes au cœur d’un univers de fantasy fun et décalé fait d’incantations, de créatures, de magie… mais surtout d’humour!

Mon avis

Avant de vous présenter plus précisément l’histoire et les thèmes de cette BD, je voudrais vous parler de la philosophie de son auteur. David Revoy a une démarche particulièrement singulière, puisqu’il propose ses histoires en mode 100% libre. Les aventures de Pepper et Carrot sont donc disponibles gratuitement sur le net et les lecteurs sont autorisés (et même encouragés) à partager le contenu, à publier des fanarts ou même à en faire une utilisation commerciale (à condition de citer la source évidemment). Le contenu est libre, mais aussi et surtout de qualité ! Comment l’auteur est-il donc rémunéré ? me demanderez-vous. Et bien voici comment…

(suite…)