Le Bois sans songe
Le Bois sans songe

Le Bois sans songe

Hello ! Comment ça va ? Aujourd’hui, je vous présente Le Bois sans songe, un roman écrit par Laetitia Arnould et publié par les éditions Magic Mirror.

Infos pratiques

Autrice :  Laetitia Arnould
Maison d'édition : Magic Mirror Editions
Parution française : 2018
Pages : 456 
Illustration : Mina M.

Résumé

Comment survivre quand on est la seule personne éveillée parmi des êtres en proie à des cauchemars éternels ?

Princesse héritière de Modighjem, Liv se retrouve isolée, prisonnière de son pays désormais morne, séparée du reste du monde par un bois infranchissable, né le soir de la malédiction. Jusqu’au jour où son destin erratique croise celui de ce personnage entouré de ténèbres, avec son parapluie pagode et ses airs de prince maudit…

Pourquoi continuer à vivre quand les personnes qui nous étaient chères ont été massacrées, quand une principauté entière a sombré face à la rage des hommes et que l’on est seul, le dernier représentant de son peuple ?

Lennart Leifsen a choisi la vengeance comme raison d’exister. Retranché dans son lugubre manoir, penché sur son rouet, il tisse chaque soir, à partir de ses larmes, le sort qui maintient les Modigs sous le joug de ses tourments. Jusqu’à ce que survienne cette jeune fille dépenaillée, aussi agaçante qu’inconsciente, et que les larmes providentielles se refusent à lui…

Mon impression

♥️♥️♥️🤍🤍 (bonne lecture)

Mon avis sur ce roman est en demi-teinte. Je vous explique tout de suite 🙂

Ce roman est inspiré, entre autres, du conte de La Belle au bois dormant, mais finalement, il s’en éloigne quand même beaucoup. On retrouve effectivement certains éléments comme le rouet, le bois épineux qui empêche l’accès au palais, le sommeil maléfique qui ruine l’avenir d’un peuple ou encore les titres de parties qui évoquent plusieurs personnages du conte de Perrault.

Cependant cette fois, la princesse n’est pas plongée dans un profond sommeil. Au contraire, Liv, héritière du trône, est la seule parmi les siens à être encore éveillée après que Lennard a lancé son sortilège pour se venger de ceux qui ont tué son peuple.

Au départ, j’ai eu du mal à être embarquée dans l’histoire, pour plusieurs raisons.

La première, c’est que le niveau de langue est soutenu et certains mots ou tournures de phrase m’ont sortie de ma lecture. Pourtant, je nuancerai mon propos en précisant qu’après quelques chapitres, j’ai fini par m’y faire et même par apprécier le style qui finalement correspondait très bien à l’ambiance et à l’époque évoquée. D’ailleurs, l’ambiance gothique, mystérieuse, distinguée et romantique est très bien travaillée et convaincante, les décors sont beaux et bien posés, ce qui ajoute de la force au récit.

Un deuxième point qui m’a un peu refroidie dès le début, c’est le personnage de Liv. Elle m’a semblé trop enfant gâtée et capricieuse pour que je puisse m’attacher à elle. Bien qu’elle partage quelques réflexions intéressantes, notamment sur le bien-fondé de la guerre par exemple, j’ai trouvé certaines de ses pensées ou réactions (notamment à l’encontre de Lennart) un peu gonflées et ça a été un aspect du roman qui m’a déplu pendant une bonne partie du récit.

J’ai davantage apprécié Lennart, même si, de la même façon, je me suis interrogée sur certaines de ses réactions au début. Je l’ai finalement trouvé charismatique, mystérieux, avec une profondeur touchante.

La relation entre les deux personnages ne m’a pas emballée, pendant à peu près la moitié du roman. Le trope ennemies to lovers (de la haine pure à l’amour) me déplait souvent et me convainc rarement, parce que je trouve qu’on passe trop vite de l’un à l’autre.

Par contre, j’ai davantage apprécié la deuxième moitié du roman. Le personnage de Lennart se dévoile et j’ai apprécié en découvrir plus sur lui. La relation entre les deux personnages principaux évolue et devient bien plus à mon goût. Plusieurs passages forts m’ont attendri (dont un en particulier 😍, mais chut pas de spoiler 🤫).

La deuxième moitié du roman m’a semblé bien plus prenante et captivante, sûrement parce que c’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’attacher aux personnages.

En bref, malgré un début difficile, j’ai finalement pris goût à cette histoire et je reste globalement sur le souvenir d’une bonne lecture.

Dans tous les cas, ce roman est d’une belle qualité et je pense que si vous aimez les réécritures de contes + les ambiances gothiques + les histoires de type “ennemies to lovers“, ce roman pourrait bien vous plaire !

Bonne lecture 😘

PS : le roman revisite aussi un autre conte (que je n’ai pas lu) : Ole Ferme-l‘Œil.

Légende
♥️♥️♥️♥️♥️ = excellente lecture
♥️♥️♥️♥️🤍 = très bonne lecture
♥️♥️♥️🤍🤍 = bonne lecture
♥️♥️🤍🤍🤍 = pas mal
♥️🤍🤍🤍🤍 = pas pour moi
🤍🤍🤍🤍🤍 = abandonné

Laisser un commentaire

error: Contenu protégé
%d blogueurs aiment cette page :