Parenthèses

Les Gardiens de l’Océan

Auteure : Irene Salvador
Parution française : octobre 2015
Éditions : Michel Lafon
Pages : 220

J’ai emprunté ce livre à la bibliothèque parce que le thème m’intéressait, mais je n’ai pas du tout accroché et j’ai eu beaucoup de mal à aller jusqu’au bout. La quatrième de couverture n’était pas si mal pourtant.

Quatrième de couverture

En plongeant pour sauver son père de la noyade, Marco se découvre l’incroyable don de respirer sous l’eau. Un inconnu lui révèle alors qu’il appartient à un peuple millénaire, les Gardiens de l’océan, et qu’il doit les rejoindre afin de maîtriser ses pouvoirs avant que ces derniers ne le détruisent.

Épaulé par l’électrique Léo et la froide Diamant, il découvre sa véritable nature et apprend son rôle de gardien. Mais avant d’en devenir un à part entière, il devra affronter des pirates, explorer les fonds marins et braver le seul interdit qu’on lui a imposé… un interdit qui porte le nom de Laura.

L’océan est mystérieux. Magique. Impitoyable.

Mon avis

Par où commencer ? Déjà, je n’aime pas ne pas aimer un livre, parce que je me dis que l’auteur(e) a mis tout son cœur pour lui donner vie. En même temps, je ne veux pas parler uniquement des livres qui m’ont plu parce que je me dis que parfois, en discutant, on peut voir certains éléments du texte différemment. Alors, si vous l’avez lu et que vous avez aimé, discutons-en en commentaire, en toute bienveillance évidemment.

Bref, je vais commencer par le négatif. Je trouve que le style n’est pas très agréable à lire, qu’il manque de fluidité, de dynamisme. Quant aux dialogues, ils ne sont pas naturels du tout. Le langage est très soutenu. Que le chef du conseil fasse de belles phrases un peu pompeuses ça passe et c’est cohérent, mais carrément moins venant de la bouche d’un ado. En fait, tous les personnages ont la même voix.

Il y a également beaucoup de phrases toutes faites et de clichés : le héros possède des pouvoirs liés à l’eau et devient gardien des Océans, ok, c’est plutôt cool, mais est-ce qu’il était vraiment obligé d’avoir des yeux « bleu océan » ? Et puis le héros mâle qui sauve la demoiselle en détresse, ce n’est pas mon truc.

Côté vraisemblance et cohérence, ça pêche aussi pas mal ! (Lol vous avez compris le jeu de mots ? Le personnage principal est fils de pêcheur et… ok, hum… bref, passons !)

Marco apprend du jour au lendemain qu’il a été adopté, qu’il possède des pouvoirs liés à l’eau et, parce qu’il court un terrible danger, il doit suivre un étranger que personne ne connaît. C’est quand même une sacrée nouvelle qui n’a pourtant pas l’air d’ébranler plus que ça la famille.

Aussi, les personnages changent très vite de comportement, sans prévenir. Exemple : Marco rencontre Léo, un adolescent froid et hostile qui ne lui adresse jamais la parole. Lors d’une épreuve d’entraînement, Léo manque de noyer Marco et sans transition, l’instant d’après, Léo se rend compte que finalement, il est très attaché à Marco. (Wow ! Attends ça sort d’où ?) Quelques paragraphes plus loin, Léo et Marco deviennent inséparables.

giphy (7)

En fait, tout va trop vite. L’auteur « dit » beaucoup de choses, mais ne « montre » pas. Et comme tout s’enchaîne, on n’a pas tellement le temps de comprendre où sont les enjeux dans cette histoire. D’autant qu’il n’y a pas beaucoup de conflits, de challenge. Presque tout arrive tout cuit pour le héros.

Beaucoup de passages, qui auraient pu être captivants, sont simplement résumés ou carrément éludés. Un exemple : Marco doit descendre dans la fosse des Mariannes, l’endroit le plus profond de l’Océan, pour effectuer un rituel qui pourrait lui être fatal. En un paragraphe l’affaire est bouclée : il plonge, tout le monde est un peu inquiet, mais confiant quand même, Marco remonte à la surface. Aucun détail sur ce qui s’est passé là-bas ou comment il s’en est sorti. Marco ne veut pas en parler (c’est dommage, j’aurais bien voulu savoir 🙁).

Une phrase du récit résume à peu près ce qui m’est resté de ce roman après lecture: « Ils durent partir en mission dans des coins éloignés de la planète où ils intervinrent brièvement, mais aucune ne fut vraiment capitale ni passionnante. » (Y a pas à dire, ça envoie du rêve!)

Un dernier détail : Marco a pour mission de protéger le monde des catastrophes naturelles, mais j’avoue que je n’ai toujours pas compris l’intérêt de s’entraîner de façon intensive au maniement du sabre. Il doit y avoir une raison, mais pour l’instant, je ne vois pas.

Les points positifs maintenant. Le roman se déroule en partie dans l’Océan et j’aime cette idée. L’ambiance, poisson, mammifère marin et peuples légendaires, c’est quelque chose que j’apprécie en général. Il y a quelques références à la mythologie par-ci par-là, c’est plutôt cool.

En résumé

coeur Le thème des fonds marins
test Les dialogues
test Les incohérences et les invraisemblances
test Les péripéties qui s’enchaînent sans pour autant être développées

Bien qu’il ne m’ait pas plu, peut-être que vous, il vous aura fait rêver et voyager le temps d’une lecture. Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous en avez pensé.

10 réflexions au sujet de “Les Gardiens de l’Océan”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s