Fantastique, Jeunesse

Hugo de la nuit

Auteur : Bertrand Santini
Parution française : avril 2016
Éditions : Grasset Jeunesse
Pages : 224

Au détour d’une page de Miss Pook et les enfants de la Lune, Bertrand Santini fait référence, de façon humoristique, à un autre de ces romans : Hugo de la nuit. Bien joué, monsieur l’auteur! Les quelques mots qui y font allusion m’ont intriguée et j’ai eu envie d’en lire plus. Bien m’en a pris mesdames et messieurs parce que Hugo de la nuit m’a charmée.

illu hugo de la nuit
Illustration : Julie Rouvière et Bertrand Santini

Quatrième de couverture

Une nuit d’été
Un enfant
Des fantômes
Un secret

Mon avis

Difficile de parler de ce livre sans dévoiler d’éléments cruciaux. Pour situer un peu le contexte, c’est l’histoire de Hugo, un garçon de 12 ans moins quelques heures, dont la vie bascule la nuit de son anniversaire. Réveillé par un bruit, il découvre qu’un homme armé s’est introduit chez lui. Hugo parvient à s’enfuir et à lui échapper. En rentrant, à la lueur des étoiles, il fait la connaissance des habitants défunts du cimetière de son village et découvre le monde sous un angle effrayant.

Le début du roman m’a semblé un peu long à se mettre en place. On ne comprend que plus tard au cours du récit l’intérêt des premières scènes. Comme il y a de l’humour, la lecture reste agréable, mais c’est véritablement quand Hugo rencontre les fantômes que je suis passée de « j’aime bien cette histoire » à « oh, mais j’adore en fait! ».

Lorsque le héros se retrouve à errer en pleine nuit dans le cimetière, l’auteur plante habillement le décor et installe une l’ambiance baroque et macabre (un peu à la Tim Burton) qui m’a beaucoup plu. 

Les personnages (les fantômes surtout) sont très attachants parce que, même morts, ils ont chacun leurs peurs, leurs inquiétudes, leur vision de l’après-vie.

Dans ce roman, il est question de fantômes, de spectres, de zombies, de morts. Autant vous le dire tout de suite, les têtes qui volent et les épanchements de boyaux, ce n’est pas du tout mon truc. Ici, il y a bien quelques giclées d’hémoglobine, mais comme il s’agit d’un livre publié pour des enfants à partir de 12 ans, ce n’est pas gore non plus et ça me va très bien!

C’est surtout le côté étrange, un peu flippant, qui m’a captivée. Hugo de la nuit est un vrai roman fantastique, c’est-à-dire un roman où la magie est étrange, déroutante, effrayante et symbolique. En lisant certains passages de ce roman, j’ai éprouvé une sensation de « trouille frissonnante », avec le sentiment d’être redevenue une enfant qui joue à se faire peur le soir d’Halloween. Bon évidemment, si vous êtes habitués aux films d’horreur vous n’aurez pas forcément la même impression que moi 😉 .

Comme vous l’aurez compris, ce roman tourne autour du thème de la mort. Pour certains d’entre nous, la mort fait peur, les spectres effrayent. Ici, on découvre que les vivants et la vie sont finalement bien plus effrayants. L’un des personnages cite une phrase de Shakespeare qui illustre tout à fait cette idée : « L’enfer est vide. Tous les démons sont parmi nous. »

Certains passages sont tristes, d’autres effrayants, d’autres encore sont révoltants et beaucoup sont très drôles. Car oui, même s’il est question de la mort, l’humour est très présent dans ce roman, tant dans les répliques que dans les situations, et je le trouve bien dosé.

Plus haut, je disais que le début m’avait semblé un peu long à se mettre en place, mais vers la moitié du roman, l’intrigue devient très prenante. L’auteur enchaîne alors les coups de théâtre et retournements de situation, si bien qu’il est difficile de s’arrêter de lire avant la fin.

Quant à la fin justement, je pense qu’elle a dû susciter diverses réactions chez les lecteurs parce qu’elle est ambiguë et, à l’image du roman tout entier, assez étrange. Elle ne peut pas laisser indifférent, à mon avis. C’est le genre de livre qu’on relirait bien tout de suite après l’avoir refermé, pour rester dans l’ambiance et pour repérer les détails qui nous ont échappé lors de la première lecture.

En résumé

coeur Les personnages attachants, variés et drôles (pour la plupart)
coeur Le décor et l’ambiance étrange
coeur L’intrigue et le suspense
coeur Les thèmes
test Un début qui m’a semblé un peu long à se mettre en place

Extrait

Le saccage datait de quelques heures à peine et l’empreinte des vandales était encore visible. Sous la violence des coups, la pierre tombale s’était fendue, laissant entrevoir l’obscurité d’une fosse envahie de racines. À la recherche d’indices, Romain glissa les doigts dans la brèche d’où remontait un frais parfum d’humus.
Une main gluante lui agrippa le poignet.
Dans un cri, Romain tomba sur les fesses.
Hugo s’extirpa de la fosse en riant.
Cause this is Thriller, Thriller night! brailla-t-il en imitant les zombies du clip de Michael Jackson.
Maculé de boue des pieds à la tête, l’enfant ressemblait à un mort vivant plus vrai que nature. Fanette, la petite chienne de la famille, jaillit à son tour du caveau en jappant, probablement de rire.

6 réflexions au sujet de “Hugo de la nuit”

  1. Belle chronique. ..
    bien rédigée 👍
    j’adore ce genre de livre (le suspense, un peu de peur…)
    (Je vais le cder pr ma fille – elle le veut …) et comme ça je pourrais le lire aussi 😆
    ❤❤

    J'aime

      1. Grâce à vous. .ma fille et moi nous avons trouvé une nouvelle passion  » la lecture  » – du coup, l’ambiance à la maison est plus calme 😅
        reste à convaincre mon fils de lire « peu »
        Merci 😆😆

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s