Science-fiction, Young adult

Le Gang des Prodiges

Auteure : Marissa Meyer
Parution française : février 2018
Éditions : PKJ. (Pocket Jeunesse)
Pages : 608

Plusieurs raisons m’ont incitée à me plonger dans la lecture de ce pavé de 600 pages. D’abord, je suis fan des films de super-héros Marvel, alors le résumé m’a intriguée. J’étais curieuse de voir la façon dont l’auteure allait s’y prendre pour transposer l’univers des super-héros dans un roman. Ensuite, d’après la quatrième de couverture, il était question de suivre une super-vilaine (ça change) en infiltration (cool!) dans un gang de super-héros : intriguant tout ça ! Et pour finir, l’auteure de Cinder m’avait déjà charmée avec sa réécriture du conte de Cendrillon dans un univers steampunk, alors avant même de m’en rendre compte, j’étais déjà en train de lire les premières lignes du roman Le Gang des Prodiges.

Situation initiale

L’histoire se déroule dans un monde où certains humains, nommés Prodiges, sont dotés de pouvoirs extraordinaires. Après avoir été traqués pendant des siècles par les gens ordinaires, les Prodiges se rebellent et renversent le gouvernement. S’instaure alors une période de chaos où crimes et violences s’intensifient de jour en jour. Puis, un groupe de Prodiges s’unit pour tenter de rétablir l’ordre, réinstaurer la paix et combattre le crime. Ces super-héros qui apportent l’espoir s’appellent les Renégats.

C’est dans ce contexte de tension que Nova, une enfant Prodige, voit sa famille se faire tuer sous ses yeux. Elle court se cacher en priant pour que les Renégats viennent la secourir, mais ils n’arrivent jamais et c’est toute seule que Nova parvient à échapper à son agresseur.

Dix ans plus tard, devenue Anarchiste, Nova n’a qu’une obsession : détruire les Renégats, ces soi-disant super-héros qui ne tiennent pas leurs promesses et qui font plus de mal que de bien à la population. Pour ce faire, elle décide d’infiltrer leur organisation, afin de la détruire de l’intérieur.

Mon avis

Une chose est sure, Marissa Meyer sait s’y prendre pour faire passer les émotions et donner vie à des personnages qu’elle parvient à rendre attachants, quel que soit leur camp.

Ce qui me plaît, c’est que les personnages sont complexes et nuancés. Il est facile de s’attacher à eux, qu’ils soient Renégats ou Anarchistes, et c’est un vrai plaisir de suivre leur évolution au cours du récit, surtout celle de Nova (Nightmare) et d’Adrian (Sketch). Certains pouvoirs sont très sympas et originaux (le pouvoir de Sketch est hyper classe!). Seul point négatif, pour moi, en ce qui concerne les personnages : ils sont nombreux et ont tous une double (voire triple) identité, du coup, ça fait beaucoup de noms à retenir. Moi qui ai énormément de mal à mémoriser les prénoms, j’ai dû m’accrocher lors des premiers chapitres pour me souvenir de qui était qui. Heureusement, l’auteure a prévu, en tout début de roman, un mémo qui récapitule les alias et les pouvoirs des personnages principaux.

J’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure traite les notions de bien et de mal, de bon et de mauvais, de justice et de vengeance. Grâce à l’alternance des points de vue, le narrateur, qui se focalise tour à tour sur Nova, Anarchiste infiltrée, et sur Adrian, Prodige par excellence, nous fait prendre conscience qu’il n’y a pas les bons d’un côté et les méchants de l’autre, tout est question de nuance et de subjectivité. Par exemple, Nova, qui est une super-vilaine Anarchiste, est persuadée d’œuvrer pour le bien en cherchant à éliminer les Renégats qui sont, selon elle, des imposteurs nuisibles à la population. Plusieurs fois au cours du récit, on se rend compte que, même si certains Renégats sont bienveillants, d’autres sont de vrais trous duc’, et même ceux qui donnent l’impression d’être la bonté incarnée gardent des secrets peu reluisants. D’un autre côté, tous les Anarchistes ne sont pas cruels et insensibles.

Par ailleurs, je trouve intéressant le point de vue de Nova sur la dépendance des humains ordinaires par rapport aux Prodiges : à force de se reposer sur les super-héros, les gens normaux se déresponsabilisent quant à l’avenir de l’humanité. Pourquoi faire des efforts quand les super-héros sont là pour rectifier le tir ?

Finalement, je n’ai pas vu passer les 600 pages grâce au style fluide et visuel de l’auteure qui parvient à maintenir le suspens jusqu’au bout. Marissa Meyer utilise l’ironie dramatique d’une façon diablement efficace. Dès le début, nous savons que Nova et Adrian cachent chacun un secret capital et nous avons conscience des conséquences dramatiques qui en découleraient si l’un ou l’autre de ces secrets venait à être révélé. Au suspens s’ajoutent des scènes d’actions prenantes, et nous voilà déjà en train de parcourir les dernières pages.

Ah, les dernières pages ! Sans trop spoiler, je peux vous dire que le roman finit sur une big révélation, à laquelle je ne m’attendais pas vraiment, et qui donne envie d’aller acheter la suite sur-le-champ. Quoi ? Le tome 2 n’est pas encore sorti ! Aaaargh ! Pourquoi tant de haine ?

En résumé

coeur L’ambiance « super-héros »
coeur La façon dont les thèmes sont abordés
coeur La complexité des personnages et leur évolution au fil du récit
coeur Le suspense
test Le nombre de prénoms et d’alias à retenir dès le début

Extrait

« Les rues du centre-ville de Gatlon grouillaient de super-héros de pacotille. Des gamins affublés de capes orange couraient partout en criant, agitant des cierges magiques estampillés Blacklight ou se tirant dessus à coups de pistolets à eau Tsunami. Des adultes, boudinés dans des collants bleus et arborant des protèges-épaules peints pour évoquer l’armure du Capitaine, trinquaient bruyamment dans les buvettes de la rue principale. […] Bon sang, ce que Nova pouvait détester le défilé des Renégats ! »

3 réflexions au sujet de “Le Gang des Prodiges”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s